ADEPBA

Aller au contenu

Menu principal :

VIE DE L'ASSOCIATION
Exposition Amadeo de Souza Cardoso
du 20 avril au 18 juillet 2016
Grand Palais - Paris

Le 14 mai, un groupe de professeurs de portugais a eu le privilège de suivre une visite guidée de l'exposition de Amadeo de Souza Cardoso au Grand Palais par la comissaire Helena Freitas. Cette visite a été organisée par la Fondation Kalouste Gulbenkian en partenariat avec l'ADEPBA. Nous tenons à remercier la comissaire pour ses explications très avisées et Miguel Magalhaes, directeur-adjoint de la Gulbenkian pour son invitation.

Nous vous conseillons de vous presser voir cette magnifique exposition !

Pour plus d'informations :

Lettre envoyée à la Ministre de l'Education nationale, Madame Najat VALLAUD-BELKACEM pour protester contre le mauvais traitement réservé à l'enseignement du portugais en France.



Paris, le 09 juin 2016

M. Christophe GONZALEZ
Président de l’Association pour le Développement des Études Portugaises,
Brésiliennes, d’Afrique et d’Asie lusophones (ADEPBA)

                                                         à

Madame Najat VALLAUD-BELKACEM
Ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche


Objet : circulaire n° 2015-173 du 20-10-2015, MENESR - DGESCO MAF 1
NOR : MENE1524876C


Madame la ministre,

L’ADEPBA souhaite attirer votre attention sur les conséquences néfastes de la circulaire du 20 octobre 2015 qui nous semble de nature à porter un préjudice certain à l’enseignement du portugais en France.
On remarque en effet que cette circulaire fait une très large priorité à l’enseignement de l’allemand, cité sept fois, alors qu’il n’est question du portugais qu’une seule fois.
En outre, lorsqu’il est question de développer un enseignement de LV1 ou de LV2, le portugais n’est pas mentionné. Ceci ne peut signifier qu’une chose pour les autorités académiques chargées d’appliquer cette circulaire : l’enseignement du portugais n’est plus soutenu.
Les conséquences les plus néfastes de cette circulaire concernent l’enseignement de l’option LV3. En effet, vous recommandez explicitement l’enseignement de l’arabe (10 446 élèves), du chinois (33 455 élèves) et du russe (12 264 élèves).  Ici encore, il n’est pas question du portugais qui est pourtant étudié par 16 221 élèves (22% d’entre eux suivent l’option LV3).
Ces trois langues sont désignées prioritairement comme devant être proposées à l’enseignement en LV3 : ceci est tout à fait préjudiciable au portugais dont la LV3 représente près du quart des effectifs. On sait en effet que le nombre d’options de LV3 proposées dans un lycée ne peut être que limité. Ne pas indiquer le portugais dans cette liste condamne cette option à n’être pas enseignée.
Les motifs de cette priorité faite au chinois, au russe et à l’arabe ne sont pas explicites et donc difficilement compréhensibles. En effet, ces langues n’ont guère de difficultés à intéresser les élèves : ceux qui étudient le chinois sont deux fois plus nombreux que ceux qui étudient le portugais ; le russe ne semble guère en  déshérence  avec un nombre d’élèves conséquent (12 264) parmi lesquels 4189 sont en sections linguistiques (SI et SE), une option qui ne concerne que 1553 élèves en portugais. Pour l’arabe, cette priorité paraît en effet justifiée, compte tenu de ses effectifs peu importants et du potentiel d’élèves intéressés.
Nous souhaiterions comprendre pour quelles raisons, du point de vue de votre ministère il n’est pas nécessaire de développer l’enseignement du portugais en LV3.
Le message délivré par cette circulaire aux autorités académiques est extrêmement clair : il convient de ne plus développer l’enseignement du portugais afin de faire une place à d’autres langues qui se trouvent sur le même créneau : l’arabe et le russe explicitement désignés. Le chinois étant par ailleurs très présent en LV2, l’avenir de cette langue est assuré, sans qu’il soit besoin de « faire un sort » au portugais.
Contrairement à toutes les intentions manifestées à l’occasion des rencontres internationales auprès de nos partenaires étrangers portugais et brésiliens, et des accords de coopération éducative signés en 2006 avec ces deux pays, le ministère français de l’éducation nationale enterre le portugais LV3 qui est pourtant suivi par une majorité d’élèves n’ayant aucune ascendance lusophone, élèves débutants francophones. Cette suppression nous paraît en outre être contraire à l’intérêt de système éducatif, ainsi qu’à l’avenir professionnel de nos élèves dans les pays lusophones où les entreprises françaises sont très présentes (Portugal, Brésil, Angola, Mozambique pour ne citer que ceux-là) l’influence de la France dans les grands pays lusophones (le portugais est la cinquième langue parlée dans le monde).
Ajoutons encore que l’option portugais LV3 est celle qui, choisie en enseignement d’exploration en classe de seconde, permet ensuite à tous les élèves de lycée d’en poursuivre l’étude en option complémentaire facultative, ce qui ouvre leur intérêt pour des poursuites d’études en BTS, voire à l’université. L’option LV3  est une porte d’entrée importante dans les études lusophones pour les jeunes non lusophones.
En revanche, nous approuvons la possibilité ouverte aux  élèves ayant suivi l’apprentissage du portugais en enseignement de langue et de culture d’origine (ELCO) d’en poursuivre l’étude en sixième bilangue dès lors qu’ils pourront attester le niveau A1 à la fin de la scolarité élémentaire. Cette possibilité donnera des perspectives salutaires aux élèves issus du premier degré (ELCO ou ELVE) et désireux de poursuivre l’étude du portugais au collège
Cependant, pour une mesure favorable à l’enseignement du portugais dans le premier degré, qui se trouve être majoritairement fréquenté par des élèves « d’origine portugaise », nous ne pouvons accepter sans protester la suppression du soutien à l’enseignement du portugais au lycée, car ce sera la conséquence inéluctable de votre politique concernant les LV3. Le risque existe alors que le portugais se trouve réduit à l’état d’une « langue communautaire », un statut que vous avez vivement condamné, à juste titre, à propos de l’arabe.
Dans l’attente d’une réparation de cette injustice, veuillez recevoir, Madame la Ministre, l’expression de notre considération respectueuse.

Christophe GONZALEZ
Président de l’ADEPBA

ENSEIGNEMENT DU PORTUGAIS EN FRANCE
Concours Scolaire 2015/16
Les JO de RIO parlent portugais
À l’occasion des Jeux olympiques d’été qui auront lieu au Brésil en 2016, l'ADEPBA organise en collaboration avec l’Institut Camões un concours scolaire pour l’année 2015/2016.
Ce Concours s’intitule : « Les JO de RIO parlent portugais ».
Ce thème, en lien avec les programmes officiels pour l’enseignement du portugais dans l’enseignement primaire et secondaire, permettra aux élèves d’exprimer leurs connaissances, leurs visions, leurs témoignages, leurs émotions et leur créativité sur le thème des Jeux Olympiques en lien avec le monde lusophone (athlètes, champions, records, etc.)
Ce concours comporte 3 niveaux : primaire (CM1 et CM2), collège et lycée.
Il s’agit d’un travail individuel ou collectif (maximum 4 élèves), présenté en langue portugaise ou française.

- Les travaux seront à renvoyer au plus tard le 30 avril 2016.

- Le jury se réunit le 14 mai pour évaluer les travaux.

- L a remise des prix aura lieu le 4 juin à la Maison du Portugal à la Cité Universitaire à Paris


         Lettre de l'ADEPBA
        Voir ici le dépliant
            Voir l'affiche


Palmarès

Ecole primaire
1er prix
- Sara FERREIRA SOUSA - CM1
Ecole Alphonse Daudet – 01120 MONTLUEL
2ème prix
- Shaïma ETTRAI - CM2
Ecole Simone Signoret  – 69800 SAINT - PRIEST
3ème prix
- Salomé FROUIN - CM2
Ecole Lucie Aubrac – 69002 LYON

Collège
1er prix
- Léo BRANGIER
- Aline MERCIER
- Paloma BENEZECH
- Anouk Dantier
Classe de 5ème – Collège Béranger – 75003 PARIS
2ème prix
- Antonin POINAS – 6ème
Collège Honoré d’Urfé – 42100 SAINT- ETIENNE
3ème prix
- Lisa GOMES ESTEVES – 6ème
Collège Pierre et Marie Curie – 94350 VILLIERS-SUR-MARNE

Lycée
1er prix
- Eva ESTEVES DA ROCHA – 1ère
- Diva MONTEIRO BRANDAO – 1ère
Lycée International de Saint Germain en Laye – 78100 SAINT-GERMAIN-EN LAYE
2ème prix
- Julien HENRY – Terminale
Lycée André Malraux – 88200 REMIREMONT
3ème prix
- Antoine MOINE – 2nde
- Orlane SANI – AGATH – 2nde
Lycée Honoré d’Urfé – 42100  SAINT - ETIENNE

Mentions spéciales du Jury
Le jury a décidé d’attribuer une mention spéciale pour la qualité de leurs travaux aux candidats suivants :

Ecole primaire
- Nadya FILIPE FELIX  - CM2 (Ecole du Morvant – 45110 CHÂTEAUNEUF-SUR-LOIRE)
- Raphaël GOUVINHAS ROSA – CM1 ( Ecole Jeanne d’Arc – 48000 MENDE)
- Inês SIMÕES– CM1 ( Ecole Jeanne d’Arc – 48000 MENDE)
- Diogo ROCHA – CM1 ( Ecole Jeanne d’Arc – 48000 MENDE)
- Clarisse PATAILLE – CM1 (Ecole Simone Signoret – 69800 SAINT – PRIEST)
- Selma BENKEDA – CM1 (Ecole Simone Signoret – 69800 SAINT – PRIEST)
- Mariana MENDES – CM1 (Lycée International de Saint Germain en Laye – 78105 SAINT GERMAIN EN LAYE
- João CHABY ROSA – CM1 (Lycée International de Saint Germain en Laye – 78105 SAINT GERMAIN EN LAYE
- Doria FERREIRA – CM2 (Ecole Victor Hugo – 92110 CLICHY LA GARENNE)
- Eva DA ROCHA PARDAL – CM2 ((Ecole Victor Hugo – 92110 CLICHY LA GARENNE)
- Gloria MIRANDA – CM2 (Ecole Achille Péretti – 92200 NEUILLY-SUR-SEINE)
- Roméo MENDONÇA – CM2 (Ecole Mauriceau – 92600 ASNIERES-SUR-SEINE)

Collège
- Sofia BOUCHIHAN – 6ème (Collège Honoré d’Urfé – 42100 SAINT- ETIENNE)
- Lou-Ann RAMARE – 6ème (Collège Honoré d’Urfé – 42100 SAINT- ETIENNE)
- Yanis BERARD – 6ème (Collège Honoré d’Urfé – 42100 SAINT- ETIENNE)
- Manon RASCLE – 3ème (Collège Honoré d’Urfé – 42100 SAINT - ETIENNE)
- Tatiana CERDEIRA – 6ème (Collège Anatole France – 63360 GERZAT)
- Lidwina LOTZ – 6ème (Collège Anatole France – 63360 GERZAT)
- Emma BERNARD – 6ème (Collège Anatole France – 63360 GERZAT)
- Olinda MENDES – 6ème (Collège Anatole France – 63360 GERZAT)
- Karine De Castro – 4ème (Collège Béranger – 75003 PARIS)
- Alice NEUVILLE – 4ème (Collège Béranger – 75003 PARIS)
- July AMBRE – 4ème (Collège Béranger – 75003 PARIS)
- Esther BRACONNIER – 4ème (Collège Béranger – 75003 PARIS)

Lycée
- Cyril VARQUET – 1ère ( Lycée François Villon – 45190 BEAUGENCY)
- Chloé SHARD – 1ère (Lycée Saint Charles – 71100 CHALON-SUR-SAÔNE)
- Amille RIBEIRO – 1ère  (Lycée Saint Charles – 71100 CHALON-SUR-SAÔNE)
- Elodie PANDROT – 1ère  (Lycée Saint Charles – 71100 CHALON-SUR-SAÔNE)
- Julie BURDIN – 2nde (Lycée Saint Charles – 71100 CHALON-SUR-SAÔNE)
- Enki SOUILLOT – 2nde (Lycée Saint Charles – 71100 CHALON-SUR-SAÔNE)
- Carla SALEYRETTE  - 2nde (Lycée Saint Charles – 71100 CHALON-SUR-SAÔNE)

La remise des prix du concours scolaire "Les JO de RIO parlent portugais" aura lieu le samedi 4 juin à 15h00 à la Maison du Portugal.
Maison du Portugal : Cité Universitaire - 7 P Boulevard Jourdan, 75014 Paris

Concours organisé par l’ADEPBA et l’Instituto Camões (Instituto da cooperação e da língua).
Concours placé sous le Haut patronage de l’Inspection générale de l’enseignement du portugais.
Concours mis en oeuvre que grâce au mécénat de la Caixa Geral de Depósitos.
Concours scolaire
« Les JO de Rio parlent portugais »
Remise des prix aux lauréats le samedi 4 juin à la Maison du Portugal à Paris


C’est dans la toute neuve et très belle salle Fernando Pessoa, à la Maison du Portugal (Cité Universitaire de Paris) qu’a eu lieu, le 4 juin dernier, la remise des prix aux lauréats du concours scolaire « Les JO de Rio parlent portugais », organisé par l’Association pour le Développement des Études Portugaises, Brésiliennes, d’Afrique et d’Asie lusophones (ADEPBA), en collaboration avec la Coordination de l’enseignement portugais en France, et sous le haut patronage de l’Inspection générale de portugais. Les prix récompensaient les 3 meilleurs travaux, individuels et collectifs, présentés par des élèves qui étudient le portugais à l’école primaire, au collège et au lycée. Outre ces prix, le jury a également attribué des mentions spéciales. Les candidats devaient s’exprimer sur le thème des Jeux Olympiques, en lien avec le monde lusophone, en réalisant des travaux sous forme de production écrite, d’enregistrement audio, de vidéo, de production graphique, de roman-photo ou de jeux. Les prix décernés pour chaque niveau étaient une tablette Apple IPAD Air 16 Go Argent (1er prix), une caméra Sport GoPro Hero3 White Edition (2éme prix) et un appareil photo compact Smart Camera (3ème prix).
Lycée
1er. prix : Eva Esteves da Rocha et Diva Monteiro Brandão (classe de 1ère, Lycée International de Saint-Germain-en-Laye), pour la réalisation d’une vidéo. Sur un mode humoristique et parodique, les deux élèves jouent le rôle de journalistes au cours d’une émission de télévision brésilienne sur la préparation des JO.
2ème prix : Julien Henry (classe de Terminale, Lycée André Malraux, Remiremont), pour la confection d’un jeu de Monopoly sur les monuments de Rio.
3ème prix : Antoine Moine et Orlane Sani-Agath (classe de Seconde, Lycée Honoré d’Urfé,  Saint-Étienne), pour la réalisation d’une bande dessinée.

Collège
1er prix : Léo Brangier, Aline Mercier, Paloma Benezech et Anouk Dantier (classe de 5ème, Collège Béranger, Paris) pour la réalisation d’une vidéo intitulée « Final 100 metros feminino », où les élèves, s’appuyant notamment sur la danse et la musique, interprètent le rôle des sportives durant leur préparation et la compétition.
2ème prix : Antonin Poinas (classe de 6ème, Collège Honoré d’Urfé, Saint-Étienne) pour un jeu de culture générale sur les pays lusophones.
3ème prix : Lisa Gomes Esteves (classe de 6ème, Collège Pierre et Marie Curie, Villiers-sur-Marne), pour la réalisation d’une vidéo où les élèves deviennent des reporters chargés de couvrir les JO de Rio pour le journal télévisé « Diário da Tarde ».

École Primaire
1er prix : Sara Ferreira Sousa (classe de CM1, École Alphonse Daudet, Montluel)
2ème prix : Shaïma Ettrai (classe de CM2, École Simone Signoret, Saint-Priest)
3ème prix : Salomé Frouin (classe de CM2, École Lucie Aubrac, Lyon).

Les parents et les professeurs des élèves primés étaient également conviés à cette cérémonie. La distribution des prix s’est faite en présence de Christophe Gonzalez (Président de l’ADEPBA) et d’Adelaíde Cristóvão (Coordinatrice de l’enseignement de portugais en France), ainsi que d’Ana Paixão (Directrice de la Maison du Portugal – Résidence André de Gouveia), Anne-Dominique Valières (Inspectrice générale de l’Éducation nationale, responsable du Portugais) et Michel Pérez (membre du CA de l’ADEPBA et Inspecteur général honoraire de l’Éducation  nationale). Enfin, soulignons que le soutien apporté par la Caixa Geral de Depósitos, présente également à la remise des prix à travers deux de ses représentants, a été déterminant pour l’organisation de ce concours.

Dominique STOENESCO, membre de la CA de l'ADEPBA
Article publié dans le Lusojornal, Edition du 8 juin 2016

Reportage photo sur la remise des prix du concours scolaire "Les JO de RIO parlent portugais"
Ecole primaire
Cliquez sur l'image pour voir la vidéo présentant les travaux lauréats et quelques travaux de l'école primaire

Collège

1er prix : Léo Brangier, Aline Mercier, Paloma Benezech et Anouk Dantier (classe de 5ème, Collège Béranger, Paris) pour la réalisation d’une vidéo intitulée « Final 100 metros feminino », où les élèves, s’appuyant notamment sur la danse et la musique, interprètent le rôle des sportives durant leur préparation et la compétition.


2ème prix : Antonin Poinas (classe de 6ème, Collège Honoré d’Urfé, Saint-Étienne) pour un jeu de culture générale sur les pays lusophones.


3ème prix : Lisa Gomes Esteves (classe de 6ème, Collège Pierre et Marie Curie, Villiers-sur-Marne), pour la réalisation d’une vidéo où les élèves deviennent des reporters chargés de couvrir les JO de Rio pour le journal télévisé « Diário da Tarde ».





Lycée

1er prix : Eva Esteves da Rocha et Diva Monteiro Brandão (classe de 1ère, Lycée International de Saint-Germain-en-Laye), pour la réalisation d’une vidéo. Sur un mode humoristique et parodique, les deux élèves jouent le rôle de journalistes au cours d’une émission de télévision brésilienne sur la préparation des JO.


2ème prix : Julien Henry (classe de Terminale, Lycée André Malraux, Remiremont), pour la confection d’un jeu de Monopoly sur les monuments de Rio.


3ème prix : Antoine Moine et Orlane Sani-Agath (classe de Seconde, Lycée Honoré d’Urfé,  Saint-Étienne), pour la réalisation d’une bande dessinée.





Bilan de l'Enseignement du portugais en 2014-2015

Michel PEREZ, Inspecteur Général de l'Education nationale a fait une présentation de l'Enseignement du portugais en France à l'hôtel de Ville de Paris, le 10 octobre 2015 au moment de l'atelier :"Bilan de l’Enseignement du portugais en France ».
ACTIVITES DANS LES COL. LYC. ET FACS
Ouverture des candidatures du 1er juin au 15 juillet.

ACTIVITES CULTURELLES
Chantiers d’Europe
11 mai au 4 juin 2016

Le projet européen a longtemps été porté par une génération qui savait dans sa chair qu’une Europe désunie ne menait qu’à une chose : la guerre. Si la génération suivante, la nôtre, prend aujourd’hui la relève, avec les atermoiements que l’on sait, nul doute que les artistes, dans leur lien au réel, au vivant mais aussi aux différentes populations que représentent les spectateurs dans leur diversité, ont un rôle à jouer.



Paris – Lisbonne / 10e édition
Du 21 mai au 19 juillet 2016

La 10e édition des Parfums de Lisbonne marque une étape symbolique pour cet événement désormais arrivé à maturité. Depuis 2007, au fil des rencontres et des échanges, le festival s’est épanoui. La programmation des samedis de juin s’est élargie dans le temps et dans les lieux. Nous voyagerons avec des convives devenus partenaires et croiserons la route de nouveaux invités. C’est un temps de bilan qui porte à réfléchir sur le rôle d’un festival défini par le croisement des cultures, des publics, des langues, des espaces géographiques…
L’actualité nationale et internationale pointe le paradoxe de notre époque : en pleine mondialisation, le repli des peuples. Festival d’urbanités croisées entre Lisbonne et Paris, les Parfums de Lisbonne ne cessent d’envisager l’être humain dans sa globalité ; le corps de chacun fait toujours écho à l’ensemble constitué des autres.
« La parole est liée à un paysage, à un temps, mais elle essaie de rencontrer tous les paysages et tous les pays du monde. […] », dit Édouard Glissant ; en ce qui concerne le croisement linguistique, comme lui nous pensons que la question de « la connaissance des langues est une question d’imaginaire des langues. […] On peut ne pas parler d’autres langues que la sienne. C’est plutôt la manière même de parler sa propre langue, de la parler ouverte ou fermée ». On ne peut plus écrire son paysage ou décrire sa propre langue de manière monolingue.
La thématique de la 10e édition du festival entre en résonance avec l’œuvre de l’écrivain portugais, Mário de Sá-Carneiro, cent ans après son suicide à Paris en 1916. Des variations pluridisciplinaires autour des textes de l’artiste viendront rappeler la voix d’un auteur qui n’a pas vieilli (il n’avait que 26 ans).
« Je ne suis ni moi ni l’autre » écrivait ce proche de Fernando Pessoa avec qui il a créé la revue Orpheu, Je + l’Autre = Nous / Eu + o Outro= Nós dirons-nous en 2016.
Graça Dos Santos

Voir le programme complet ici :

Les universalistes
50 ans d'architecture portugaise
13 avril- 29 août 2016

Expositionhors les murs
Citéde l'architecture et du patrimoine
Uneco-organisation de la Fondation Calouste Gulbenkian et de la Cité del'architecture et du patrimoine

Dans le cadre de la commémoration des 50 ans de sa délégation en France, la Fondation Calouste Gulbenkian s'associe à la Cité de l'architecture & du patrimoine pour co-produire une exposition présentant un demi-siècle de la pensée et de la production architecturale au Portugal. Revenant sur le contexte historique,culturel, social et mondial, l'exposition présente cinquante projets architecturaux sous forme de maquettes produites spécialement pour l'exposition, de documents graphiques et de documents audiovisuels.


Image : Musée Iberê Camargo, Porto Allegre, Brésil (2000-2008),
Álvaro Siza © photo : Fernando Guerra




Amadeo de Souza Cardoso
20 avril - 18 juillet 2016
Exposition hors les murs

Grand Palais - Galeries nationales
Une co-organisation de la Fondation Calouste Gulbenkian et de la Réunion des musées nationaux - Grand Palais
Secret le mieux gardé de la culture portugaise, Amadeo de Souza-Cardoso a vécu et travaillé entre Paris et Manhufe, au Nord du Portugal. Proche d'artistes comme Amedeo Modigliani, Constantin Brancusi, Alexander Archipenko, Juan Gris ou encore Robert et Sonia Delaunay, Amadeo ne se revendique d'aucun mouvement esthétique. Influencé par l'impressionnisme, l'expressionnisme, le cubisme et le futurisme, il refuse cependant toute étiquette. Ses oeuvres se nourrissent d'un dialogue constant entre tradition et modernité, associant recherche savant-gardistes et relecture de thèmes iconographiques populaires. Cette exposition est organisée par la Réunion des musées nationaux - Grand Palais et la Fondation

Image : Amadeo de Souza-Cardoso, Lévriers, CAM -
Fundação Calouste Gulbenkian © Photo - Paulo Costa



APPEL A CONTRIBUTION


Appel à contribution
Date limite d’envoi des propositions : 4 juillet 2016

L'Association des Professeurs de Langues Vivantes lance un appel à contribution « De l’école au collège, quelles continuités dans l’enseignement-apprentissage des langues ? Enjeux, faisabilité, perspectives » pour le numéro 2/2017 de sa revue Les Langues Modernes.

L'appel à contributions invite à interroger la manière dont les nouveaux programmes d’enseignement des langues vivantes étrangères et régionales (LVER) désormais organisés par cycle (MENESR, 2015) peuvent tenir compte des réalités de la formation et de l’enseignement sur le terrain.
Pour tenter de répondre à l’interrogation ci-dessus, nous faisons le choix de placer l’accent sur la CONTINUITÉ de l’enseignement et des apprentissages des LVER de l’école élémentaire au collège : continuité entre les cycles, ou continuité de l’école élémentaire à l’enseignement secondaire ; continuité que l’on peut aborder par l’étude de ses enjeux, par l’analyse de sa faisabilité ou bien en abordant les perspectives ainsi ouvertes. Les contributions pourront également apporter une vision de l’enseignement des LVER dans d’autres pays européens et le cas échéant, enrichir les perspectives pour la France en apportant des éléments comparatifs sur la problématique. Des collaborations entre auteurs de divers pays sont également encouragées, afin de faciliter le croisement de ces perspectives et d’aller au-delà du contexte français.

L'appel complet et le calendrier sont consultables en ligne sur le site de l'APLV :

 
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu